Mo Lewis

Mo Lewis 1Morris « Mo » Lewis met sa polyvalence au poste de Linebacker au profit des Jets pendant 13 ans, de 1991 à 2003. Le joueur est capable d’occuper tous les postes du deuxième rideau, et il les testera d’ailleurs tous durant sa longue carrière. Lewis jouera en tout 200 matchs, tous débutés, et ses statistiques sont vraiment impressionnantes à son poste : 1 012 Tackles, 221 Assists, 52.5 sacks et 26 Fumbles forcés 14 interceptions et 241 yards retournés pour 4 TD’s. Ajoutons à cela 13 Fumbles recouverts et un Touchdown. Lewis, 3 fois Pro Bowler et une fois All Pro, restera l’un des Linebackers les plus dominants de son époque.

Mo Lewis 2

Dave Krieg

Dave Krieg 1Il est l’exemple même de la belle histoire à l’Américaine. Sorti de nulle part en 1980 – à savoir l’équipe de NAIA de Milton College – il est snobé par tout le monde lors de la Draft de 1980. Il signe pourtant un contrat avec les Seahawks, dans le but de devenir le successeur de Jim Zorn comme Starting Quarterback. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a réussi ! En effet, après 3 saisons passées dans l’ombre de Zorn, Krieg prend les rênes de l’équipe et ne les lâchera plus. En 12 saisons avec Seattle, il amasse 26 132 yards pour 195 TD’s, avec un excellent Rating de 82.3 malgré quelques Fumbles. Qui l’eut cru ? Autre fait d’arme notable, il est celui par qui l’exploit est arrivé en finale de Division 1983, puisque les Seahawks réussissent à battre les Dolphins de Dan Marino sur leurs terres (27-20). Malheureusement, ils perdront le match suivant contre les Raiders, mais la victoire historique orchestrée par Krieg résonne encore. En 1992, Krieg va quitter les Seahawks et successivement tenter les aventures Kansas City, Detroit, Arizona, Chicago, Tennessee… Sans grand succès. Il prend sa retraite en 1998 en affichant tout de même trois sélections au Pro Bowl.

Dave Krieg 2

Lynn Dickey

Lynn Dickey 1Lynn Dickey commence sa carrière NFL en 1971 après avoir été drafté par les Houston Oilers. Il y jouera 4 saisons en tant que Backup de Dan Pastorini, ne commençant que 10 rencontres pour seulement 2 victoires. En 1976, les choses semblent vouloir changer pour Dickey qui est tradé aux Green Bay Packers et qui devient titulaire, mais le malheureux se casse la jambe en milieu de saison 1977, une blessure qui va l’obliger à rester absent jusqu’à la fin de la saison 1979, soit 2 ans ! Il redevient cependant titulaire en 1980 et parvient a emmener les Packers en Playoffs en 1982. Le premier match de ces Playoffs reste à ce jour le plus abouti de Lynn Dickey qui termine avec un 19/26 (73 %) pour 286 yards, 4 TD’s et aucune interception pour une victoire 41-16 sur les Cardinals. L’aventure s’arrêtera néanmoins dès le match suivant contre les Dallas Cowboys, lors duquel Dickey est beaucoup moins à son avantage : 24/37 pour 274 yards, 1 TD et 3 interceptions et une défaite 37-26. Pourtant, en 1983, il élève son niveau de jeu et poste 4 458 yards pour 32 TD’s en saison régulière, saison au cours de laquelle les Packers parviennent à battre les Redskins de Joe Theismann dans un Monday Night Football d’anthologie. Lynn Dickey prendra sa retraite en 1985 avec 23 322 yards pour 141 TD’s au compteur.

Lynn Dickey 2

Mike Ditka

Mike Ditka 1Alors qu’il est déjà connu pour être un blocker émérite dans l’équipe des Chicago Bears avec laquelle il évolue depuis 1961, Ditka ajoute une corde à son arc et fait évoluer le poste de Tight End en postant une moyenne de 62 catches, 918 yards, 14.8 yards par réception et 7.5 TD’s lors de ses quatre premières saisons. Il fait partie de l’équipe victorieuse de 1963 qui remporte le championnat NFL, mais il cède malheureusement très vite aux sirènes mercantiles des Eagles, puis des Cowboys (avec qui il remporte le super Bowl VI), franchises avec lesquelles son rendement baisse sensiblement. Cependant, le joueur redorera son blason en tant que Bear en devenant le Coach victorieux de l’équipe de 1985. Il entre au Hall Of Fame en 1988, devenant ainsi le premier Tight End à être élu. Il fait également partie de la NFL 75th Anniversary All Time Team.
Mike Ditka 2

Steve McMichael

Steve McMichael 1Après une première saison moyenne aux New England Patriots en 1979, Steve McMichael arrive aux Chicago Bears. Ce Texan d’origine, haut en couleurs, robuste et très travailleur, ne tarde pas à se faire une place de choix au sein de la D des Bears. « Mongo » deviendra même la terreur des QB’s en devenant un sackeur émérite : il réalisera en tout 92.5 sacks (2ème performance de l’équipe derrière Richard Dent) et 12 Fumbles forcés sous le maillot de la Windy City. Si l’on ajoute ses 814 plaquages et ses 16 fumbles recouverts, on se fait une idée de la puissance et du talent du bonhomme, et on tremble en imaginant la D-line de l’époque : McMichael, Dent, Perry, Hampton. Il ira terminer sa carrière en 1994 chez un rival de division, les Green Bay Packers. Il compte 95 Sacks en carrière.

Steve McMichael 2

Chris Doleman

Chris Doleman 1Bien que Chris Doleman ait joué pour d’autres équipes (Falcons, 49ers), ce multi-Pro Bowler (8 fois) restera avant tout un homme de Minnesota. Sélectionné au premier tour de la draft 1985 en 4ème position, Doleman commence sa carrière au poste d’OLB dans une défense 3-4. Après que les Purple aient switché en 4-3, Doleman est repositionné en Defensive End. Il ne tarde pas à trouver ses marques puisqu’il poste 21 sacks en 1989 (meilleur total de la saison, et cinquième meilleure performance de tous les temps). Il effectue d’ailleurs la plus grande partie de ses sacks en violet (96.5 sur 150.5), et y réalise également 749 Tackles, 31 Forced Fumbles, 2 Safeties, et 5 interceptions pour 118 yards et 2 TD’s (dont une course de 59 yards). Boudé de manière incompréhensible en 2009 pour l’entrée au Hall Of Fame, Doleman a tout de même une place à Canton qui l’attend. 3 fois All Pro, ce maître du Pass Rush fait partie de la 1990’s All Decade Team.

Chris Doleman 2

Joe Klecko

Joe Klecko 1Les Jets ont réussi un fameux « steal » en draftant le besogneux joueur de l’université de Temple au sixième tour de la draft 1977. Klecko, joueur travailleur et dévoué, prend vite ses marques et devient un lineman d’une force phénoménale à laquelle il convient d’ajouter une technique irréprochable. Autre atout, Klecko est capable de jouer à n’importe laquelle des positions de la ligne, à savoir DE, DT ou NT. Il jouera d’ailleurs 4 Pro Bowls, étant élu à chaque fois à une position différente. Ses moves de qualité, sa puissance, son amour du jeu, son altruisme, l’ont toujours rendu populaire auprès des fans, mais aussi de tous ses coaches, de ses coéquipiers et même de ses adversaires. Son numéro 73 a été retiré par les Jets, et une place à Canton l’attend fatalement un jour ou l’autre. Cependant, pour être complet, signalons l’excellent travail, de ses acolytes Abdul Salaam, Marty Lyons et Mark Gastineau au sein du New York Sack Exchange, travail qui lui facilitait souvent la tâche. Pour l’anecdote, Joe Klecko a disputé une saison avec les Colts avant de prendre sa retraite.

Joe Klecko 2

Bob Kuechenberg

Bob Kuechenberg 1Bob Kuechenberg est un joueur besogneux avant tout utilisé en tant que Left Guard, hormis quelques matchs disputés à la position de Left Tackle en 1978. Il joue 196 matchs avec les Dolphins (de 1970 à 1983) dans des lignes offensives redoutables incluant les Hall Of Famers Jim Langer, Larry Little et Dwight Stephenson, et en profite pour jouer 6 Pro Bowls. Malheureusement pour lui, Kuechenberg n’a pas encore été élu au Hall Of Fame, s’arrêtant à chaque fois au stade de finaliste. Il faut dire que l’ancien lineman n’a pas sa langue dans sa poche et est avant tout connu pour être très critique envers ses anciennes équipes… Dommage, car le Defensive Tackle des Dallas Cowboys Bob Lilly dira après un match avoir joué contre l’un des meilleurs Linemen qu’il ait affrontés. 6 fois Pro Bowler, il a remporté 2 Super Bowls (VII & VIII).

Bob Kuechenberg 2

Jerry Rice

Jerry Rice 1Est-il encore besoin de présenter Jerry Rice ? En 20 ans, de 1985 à 2005, Jerry Rice devient The GOAT, Greatest Of All Time, et c’est avant tout aux San Francisco 49ers qu’il a gagné ce titre personnel, et accessoirement 3 Super Bowls, dont le XXIII lors duquel il livre une prestation étincelante :

Avec Joe Montana à la baguette, Jerry Rice fait des merveilles lors de cette victoire des Niners 20-16 sur les Bengals. Montana livre un match énorme (23/36 pour 357 yards et un rating de 115.2) et c’est Jerry Rice qui se charge de convertir les offrandes en gros gains. « The Goat » capte 11 fois le cuir pour 215 yards et 1 TD et s’impose comme la pièce maîtresse d’un succès relativement long à se dessiner contre des Bengals accrocheurs. Son TD dans le quatrième quart qui ramène le score à 13-13 est ultra important pour des Niners qui s’imposeront sur un Touchdown de son compère de l’attaque John Taylor après avoir été menés 16-13. Rice est élu MVP de ce Super Bowl non seulement pour sa performance statistique, mais également pour la crainte qu’il imposa durant tout le match, et son impact sur les schémas défensifs adverses.

13 fois Pro Bowler et 10 fois All Pro, Jerry Rice a également, on l’a un peu oublié, connu d’autres tuniques durant sa carrière. En raison de ses états de service et de son pedigree, les Raiders font le pari de l’engager alors qu’il est déjà âgé de 39 ans. Loin de baisser le pied, Rice semble toujours au top lors de sa première saison à Oakland, pendant laquelle il catche 83 passes pour 1139 yards et 9TD’s. Les Raiders auraient même du faire une belle campagne de playoffs, s’ils n’avaient pas été scandaleusement éliminés par les Patriots à cause de la fameuse « Tuck Rule ». 2002 est du même tonneau, avec des stats encore meilleures (92 réceptions, 1211 yards et 7 TD’s) et un SB de plus disputé, malheureusement perdu 48-21 contre les Buccaneers. Il y marquera tout de même un touchdown, qui fait de lui le seul joueur à avoir réussi une réception dans 4 SB différents. Les saisons d’après seront elles anecdotiques. On retiendra simplement que pendant son passage au Seahawks, Steve Largent a autorisé Rice à porter son numéro retiré, le 80. C’est dire le respect qu’il impose… Ses stats en carrière : 1 549 réceptions pour 22 895 yards et 197 TD’s à la réception plus 645 yards en 47 tentatives et 10 TD’s à la course. Tout simplement monstreux !

Jerry Rice 2

Leon Lett

Leon Lett 1Le Defensive Tackle des Cowboys Leon Lett n’est pas un second couteau, ne nous y trompons pas : 3 Super Bowl remportés en quatre ans (XXVII, XXVIII & XXX), 2 Pro Bowl disputés, et pas mal d’actions défensives de grande classe à son actif (22.5 sacks et 6 forced fumbles en carrière). Lett est avant tout une force inouïe et un joueur clé au sein de la dominante « D » de Dallas. Il combine un physique monumental, 1,98 m pour 135 kilos, avec un « First Step » fulgurant et dévastateur, qui le rendent performant pour stopper le run, mais aussi pour presser le QB adverse. Nécessitant une « Double Team » permanente, Lett, surnommé « The Big Cat » en raison de son agilité, est également, et malheureusement pour lui, mondialement connu pour les deux énormes bévues qui vous avaient déjà été racontées sur ce blog. A découvrir ou à redécouvrir absolument !

Leon Lett 2

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 179 autres abonnés